Close

Ateliers d’été à Paris

Pour ceux et celles qui n’ont pas la chance de partir en vacances, Paris propose un large programme d’animations et d’activités gratuites appelé « Un été particulier » : c’est à cette occasion que la Grande Mosquée a invité Les Croqueuses à vous offrir deux ateliers de dessin in situ !

Venez dessiner votre carte postale d’été « façon carnet de voyage » avec Aurélie et Véronique, au cœur des superbes jardins de la Mosquée : dépaysement garanti !

Les quatre ateliers (deux pour chaque Croqueuse) auront lieu les mardi 28 et mercredi 29 juillet de 10h à 12h. C’est gratuit et le matériel est fourni, mais attention, les places sont évidemment limitées ! Réservez vite par mail à : eteculturel@mosqueedeparis.net

♥ Nous sommes tellement ravies de vous retrouver ! ♥

Vive le « télé-croquis » ! (5)

Ce jeudi encore, Les Croqueuses de Paris se sont e-retrouvées dans les rues de Paris pour leur séance rituelle de télé-croquis…

Les Croqueuses de Paris en télé-croquis

Cette fois-ci, cap sur le 14ème arrondissement, la rue des Thermopyles et la Cité Bauer : un quartier bucolique où nous nous étions promenées en sortant des Grands Voisins. Fabienne, Anne, Aurélie, Véronique… chacune a croqué sa façade préférée. Il faut dire qu’elles sont toutes plus charmantes les unes que les autres !

Les Croqueuses de Paris

Le programme du « télé-croquis » de jeudi prochain est déjà choisi mais ce sera un rendez-vous un peu spécial, car il vous concerne tous ! Cela fait un petit moment que Les Croqueuses y réfléchissent : est-ce qu’une e-rencontre entre télé-Crocœurs sur Zoom vous plairait ?

@ suivre… 😉

Vive le « télé-croquis » ! (4)

Troisième semaine de confinement = troisième « télé-croquis du jeudi » ! Cette fois, nous nous sommes e-retrouvées à la Cité de l’Architecture…

Les Croqueuses de Paris croquent à distance !

En effet, Aurélie et Véronique avaient eu la chance de visiter la Cité en excellente compagnie, peu avant le confinement. (Merci Sandra !) Un article vous en dira plus d’ici quelque temps… 😉

Comme d’habitude, chacune a choisi son point de vue. Le coq de Notre-Dame, en partie fondu et tout cabossé, réfugié à la Cité depuis son sauvetage des flammes a remporté un gros succès : Aurélie et Fabienne l’ont élu sujet du jour ! Anne s’est employée à dompter l’ours du Duc de Berry et Véronique à saisir le « choc des époques » avec cette perspective étonnante où, au détour d’une salle, se rencontrent l’Art roman et la Tour Eiffel.

La Cité de l'Architecture

Le programme du télé-croquis de jeudi prochain ? Suspense !

@ suivre 😉

Vive le « télé-croquis » ! (3)

COVID-19 vs Croqueuses ? Pour l’instant, le moral reste bon ! Nous en sommes à notre troisième séance de dessin à distance et tout va bien. Après la venue du printemps, c’est la nostalgie des cafés en terrasse et autres douceurs gustatives, qui nous ont inspirées…

Télé-croquis chez Les Croqueuses de Paris

Un jour, quand le confinement sera fini, vous pourrez aller goûter toutes ces bonnes choses au Moulin de la Vierge (pour les cafés gourmands de Fabienne), au Café A (pour le poke bowl au saumon d’Anne) et chez Nossa (pour le pasteis de nata d’Aurélie).

Véronique s’est amusée, quant à elle, à croquer deux cafés dégustés dans deux endroits différents. Ce sont des adresses où nous avons pris plaisir à nous arrêter, mais sur lesquelles nous n’avons pas publié d’article. Voilà donc l’occasion d’en parler : Kitsuné (au Palais-Royal) et La Palette (à Saint-Germain-des-Prés) – deux lieux aux ambiances différentes, presque opposées, chacun pourtant bien ancré dans son environnement parisien…

Télé-Croquis des Croqueuses de Paris

Le programme du télé-croquis de jeudi prochain ? Disons que le « sourire du lundi » d’aujourd’hui sur Facebook est un très bon indice !

@ suivre 😉

Le plus vieux café de Paris

Le plus vieux café de Paris

Aujourd’hui, Les Croqueuses vous emmènent déguster un petit cappuccino dans un endroit mythique*: Le Procope, plus ancien café de la capitale !.!

« Le café est très en usage à Paris : il y a un grand nombre de maisons publiques où on le distribue. Dans quelques-unes de ces maisons on dit des nouvelles, dans d’autres on joue aux échecs. Il y en a une où l’on apprête le café de telle manière qu’il donne de l’esprit à ceux qui en prennent : au moins, de tous ceux qui en sortent, il n’y a personne qui ne croie qu’il en a quatre fois plus que lorsqu’il y est entré. »

Extrait des Lettres Persanes, Montesquieu.

En réalité, l’établissement d’origine, fondé en 1686 par Francesco Procopio dei Coltelli, un immigré sicilien considéré comme le père de la crème glacée – béni soit cet homme*! – a fermé en 1890 et seulement rouvert en 1957, sous le même nom mais en devenant restaurant. Il faut dire qu’entre temps, l’endroit avait été occupé par diverses affaires, notamment un Bouillon Chartier. Depuis, Le Procope est passé aux mains des Frères Blanc, propriétaires de nombreuses brasseries parisiennes, eux-mêmes rachetés ensuite par le Groupe BertrandAngelina, Au Bureau, Bert’s, Café Leffe, Burger King France, etc. Bienvenue au XXIème siècle…

Mais qu’importe. Une fois poussées les portes du Procope, la magie opère et l’on se prend à remonter le temps. Le mieux est d’entrer côté «*cour du Commerce Saint-André*» – joli passage pavé chargé d’histoire, où la façade est plus modeste. Plaques souvenirs, portraits de philosophes, table de Voltaire, citations, cloche de Marat, bicorne de Bonaparte… dedans comme dehors, les murs témoignent de l’intense bouillonnement intellectuel, à la fois culturel et politique, du vieux café.

Situé face à l’ancienne Comédie Française, ce fut d’abord un lieu d’artistes et d’auteurs de théâtre. Puis vinrent les philosophes des Lumières. Diderot, dit-on, y rédigea quelques uns des articles de l’Encyclopédie et Benjamin Franklin, une partie de la future Constitution des États-Unis. Les hommes de la Révolution en firent ensuite leur QG – Danton, Desmoulins, Marat, Robespierre… – mais le temps passe encore et bientôt ce sont les grands auteurs du XIXème siècle qui s’y retrouvent. George Sand et Alfred de Musset, Balzac, Victor Hugo, Théophile Gautier, Anatole France, Verlaine, Oscar Wilde… quelle clientèle intimidante !

Mais, en ce milieu d’après-midi, le Procope est désert. On dessert les dernières tables du déjeuner en attendant de dresser le couvert du soir… Les Croqueuses de Paris se glissent sur les banquettes rouges et se réchauffent au cappuccino. Nous avons dessiné, fort concentrées toute la matinée, à la Grande Mosquée : alors, maintenant, on lâche les carnets, on laisse les crayons. Place aux rires et aux bavardages ! Comme vous le verrez ci-dessous, Voltaire, qui nous écoute discrètement, n’en sera pas défrisé pour autant ! Plus tard, lors d’une séance de « télé-croquis » improvisée faute de trains pendant les grèves, Anne peindra la jolie devanture de ce « monument » que l’on peut visiter assis en dégustant une madeleine – référence littéraire oblige ! 😉

 

{ Infos Pratiques }

Le Procope se situe au n°13 rue de l’Ancienne Comédie, Paris 6ème. Métro Odéon. Il est ouvert tous les jours de midi à minuit – jusqu’à 1h00 les jeudi, vendredi et samedi soirs. Renseignements au 01 40 46 79 00.

Un Moutabal à la Capitale !

Un Moutabal à la Capitale !

Imaginez deux Croqueuses de Paris qui se sont levées à 5 heures («Coucou Monsieur Dutronc !») pour saisir un beau lever de soleil depuis l’esplanade du Trocadéro mais qui, à la place, ont reçu des litres d’eau glacée sur la tête. Prenez ces mêmes Croqueuses et, à peine essorées, faites-leur visiter l’immense Cité de l’Architecture en compagnie d’une guide exceptionnelle – ce jusqu’à 13h30 ! Enfin, lâchez-les dans le 16ème arrondissement à la recherche d’un restaurant repéré par-ici… Voilà, vous avez une idée de l’état dans lequel nous étions lorsque nous avons poussé la porte de Karamna : lessivées (à tous les sens du terme) et très, très, très affamées !

Comme il se fait tard pour un déjeuner, le restaurant est calme. Nos assiettes sont jolies, bien garnies, accompagnées de pains tout chauds, moelleux, gonflés à souhait. Taboulé, houmous, falafel, beignets : tout est fin, délicieux. Quant au moutabal, décoré de grains de grenade… lui, est simplement divin. Et pour finir, le gérant nous offrira son sourire pour le prochain lundi. Merci Rami !

Avec sa carte où tout est fait maison, sa variété de sandwichs et formules à emporter, son service continu (11h30-23h du lundi au vendredi et 12h-23h le samedi), son accueil adorable et son très bon rapport qualité-prix (surtout dans ce quartier plutôt très cher), voilà une adresse comme Les Croqueuses aiment vous les recommander. Yalla ! Tous au 77 rue Boissière et… sahten !

Paris, pasteis et Panthéon

Paris, pasteis et Panthéon

Voilà, c’est l’automne… Les Croqueuses de Paris sont ravies : elles vont bientôt se retrouver pour dessiner ! Mais, en attendant, pourquoi ne pas prolonger l’été dans nos assiettes avec une petite escale gourmande au Portugal ?

Bem vindo chez Nossa, jolie petite adresse portugaise de Paris ! En réalité, il y a même deux adresses – l’une rive droite, l’autre rive gauche – mais c’est dans cette dernière, à deux pas du Panthéon, que nous nous sommes attablées après notre matinée passée à croquer la Grande Mosquée.

Au sol, une calçada digne des rues de Lisbonne. Au mur, des morceaux d’histoire vibrants de sensibilité. Au centre des tables, des azulejos colorés. Au menu, du poulet grillé (spécialité de cette churrasqueira) et des tostas. Au dessert, des pasteis de nata saupoudrés de cannelle… Au total ? Un régal ! (Et une addition plus que raisonnable.) Vai lá!

Un Minaret à Paris

Un Minaret à Paris

Prêts à partir au Maroc ? En Tunisie ? En passant par l’Andalousie ? (Tout cela, bien sûr, sans jamais quitter le 5ème arrondissement.) Alors, suivez Les Croqueuses de Paris à la Grande Mosquée

« Quand s’érigera, au-dessus des toits de la ville, le minaret que vous allez construire sur cette place, il ne montera vers le beau ciel nuancé de l’Île-de-France qu’une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront point jalouses. »

Extrait du discours officiel au lancement de la construction (1922)

VERT MENTHE

Pour commencer, nous avons rendez-vous à l’angle des rues Daubenton et Geoffroy-Saint-Hilaire. Avant de sortir crayons et carnets, nous allons d’abord nous asseoir dans la petite cour, juste à l’entrée du restaurant, autour d’un café ou d’un thé. À l’ouverture, il y a peu de monde. Chaises, tables et parasols attendent sagement les clients. La vitrine de pâtisseries, toutes plus appétissantes les unes que les autres, aussi. Deux des Croqueuses arrivent de Province : elles se sont levées aux aurores pour attraper un train et apprécient de débarquer dans ce havre de paix coloré, immédiatement dépaysant.

Véronique nous présente son amie Rosa Burdeos, l’artiste invitée du jour. Ancienne voisine – l’une à l’entrée A, l’autre à l’entrée C d’une petite cité de briques du 20ème – et marraine de sa fille cadette, elle est ici avant tout parce qu’elle dessine. Et grave, surtout. Des œuvres qu’elle expose régulièrement avec l’association Graver Maintenant. Elle enseigne également les Arts Plastiques à la Ville de Paris. Voilà ! Les présentations sont faites, les voyageuses reposées, les boissons bues et Abdelaziz, le garçon, nous offre son sourire pour un prochain lundi. Que demander de plus ? Les Croqueuses et leur invitée quittent le Salon de Thé pour aller croquer la Mosquée.

VERT OASIS

Construite quelques années après la fin de la Première Guerre mondiale dans un style hispano-mauresque, la Grande Mosquée de Paris semble prendre modèle sur celle de Fès, la prestigieuse et très ancienne Al Quaraouiyine… même si le minaret, haut de 33 mètres, évoque dit-on davantage la Zitouna de Tunis. Quant à la cour d’honneur et son jardin, absolument splendides, ils nous transportent en Andalousie. Les milliers de carreaux turquoises qui recouvrent le sol, dessinant les massifs, nous font croire au mirage d’un immense bassin d’eau claire. Bref, y pénétrer, c’est entrer dans une oasis. De fraîcheur, en été. De rêve de chaleur, en hiver. De verdure, dans la ville. De calme spirituel, dans l’agitation temporelle…

Vous lirez peut-être ici et là que la Grande Mosquée de Paris est la plus ancienne édifiée en France, mais c’est faux. D’ailleurs, si vous nous lisez attentivement, vous le savez déjà : la vraie première mosquée de Métropole fut construite ici, pendant la Première Guerre mondiale, près de l’hôpital militaire qui soignait les soldats blessés des troupes coloniales. Mais ne chipotons pas : la Grande Mosquée reste bien, en effet, la plus ancienne encore en activité. Si l’histoire de ce lieu remarquable – à la fois par sa beauté, sa vocation culturelle autant que religieuse et les enjeux politiques avec lesquels il compose depuis presque un siècle – vous intéresse, nous vous recommandons vivement cet article (Le Monde des Religions) et ce reportage (Arte), tous deux passionnants. À compléter éventuellement par la lecture du n°4315 de la revue L’Illustration, paru pendant la construction de l’édifice, en 1925.

VERT CROQUIS

Hélas, le temps passe… même dans une oasis ! Allez, Les Croqueuses, trêve de flânerie au « Jardin des Délices » : il est l’heure de choisir le meilleur point de vue, de s’y asseoir, de sortir ses affaires et de se lancer. Après avoir tout visité, les Croqueuses et leur invitée resteront dans la cour d’honneur. Les unes près de la porte monumentale donnant sur le patio, les autres sous les colonnes, le nez dans la glycine… Quel parfum délicat, quelles conditions idéales pour dessiner !

D’ailleurs, nous ne nous en lassons pas ! Véronique y est retournée la semaine dernière accompagnée d’une stagiaire débutante, qui souhaitait une journée entière d’initiation au carnet de voyage. Si dessiner sur place en bénéficiant des conseils de l’une d’entre nous vous intéresse, restez connectés : Aurélie vous a négocié quelque chose de plutôt sympathique… @ suivre 😉

{ Infos Pratiques }

La Grande Mosquée de Paris se situe au n°2 bis de la place du Puits-de-l’Ermite, Paris 5ème. Métro Place Monge. Elle est ouverte aux visiteurs (3€ l’entrée, 2 à partir de 10 personnes) tous les jours sauf le vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00 (l’été) / 18h00 (l’hiver). Renseignements au 01 45 35 78 17.