Close
Les Croqueuses font le (Sweet) Bazar !

Les Croqueuses font le (Sweet) Bazar !

Cet été, pour le plaisir, Les Croqueuses vous invitent à feuilleter quelques souvenirs non encore publiés… Aujourd’hui, bonbecs à gogo !

Début 2021, alors que les cafés n’avaient pas encore rouvert, Les Croqueuses eurent une idée d’enfer pour s’offrir une sortie au paradis : go to le Sweet Bazarconcept store totalement top, complètement pop et « naturellement gourmand ».

Véronique n’eut pourtant pas de chance. Cas contact, elle dut rester chez elle pendant que ses trois complices plongeaient toutes entières dans cette boîte à délices. Oh, des vidéos et des photographies lui furent gentiment envoyées, bien sûr… mais cela ne fit qu’aggraver son supplice !

Heureusement, elle put se rattraper quelques semaines plus tard, à l’occasion d’une certaine « livraison ». Car Leslie, la fondatrice du Sweet Bazar, charmée par les illustrations des Croqueuses, leur proposa dans la foulée de créer un papier de soie alimentaire original qui mette en valeur ses pâtisseries. Inutile de vous dire que nous y avons travaillé avec beaucoup de soin, de joie et de gourmandise ! D’ailleurs, qu’en pensez-vous : le résultat ne rend-il pas pleinement hommage à la douceur des lieux ? ♥

{ Infos Pratiques }

Le Sweet Bazar situe 133, rue Saint-Denis, Paris 1er. Métro : Châtelet ou Étienne Marcel (lignes 1, 4, 7, 11 et 14). Il est ouvert tous les jours de 10h à 19h.

Un peu de Finlande à Paris

Un peu de Finlande à Paris

Cet été, pour le plaisir, Les Croqueuses vous invitent à feuilleter quelques souvenirs non encore publiés… Ce matin, nous vous emmenons en voyage dans un pays deux fois moins peuplé que Paris extra-muros, et bien plus frais aussi : bienvenue au Café Maa de l’Institut Finlandais !

Envie de lignes sobres ? De matières nobles ? De clarté caressante et d’épure élégante ? Entrez ici, sans transition, au milieu du Quartier Latin : le dépaysement vous est garanti, mais tout en douceur, c’est promis. La décoration est signée Joanna Laajisto. Admirez les volumes, la hauteur sous plafond et l’arrondi si élégant des ouvertures vitrées. Voyez comme on respire. Comme on peut admirer, posé, les œuvres exposées, souvent monumentales – ici d’Outi Pieski. Galerie et café… voilà un bel endroit, idéal pour faire une pause dans sa journée ou la démarrer en beauté, sans tracas ni fracas, loin de tout brouhaha. Tel fut notre choix de Croqueuses, avant d’attaquer de longues déambulations parisiennes.

Au menu, d’abord, de très bons cafés. Les uns torréfiés par Frukt en Finlande même – où vivent les plus gros consommateurs de café de la planète ! – et les autres (expresso) par Kawa Coffee à Paris. Bien sûr, il faut goûter quelques spécialités comme les korvapuustit (brioches à la cannelle) et la karjalanpiirakka, sorte de tarte à l’œuf originaire de Carélie (Russie) néanmoins emblématique de la culture finlandaise – un emoji lui est même dédié là-bas !

Les superbes bouquets de fleurs fraîches furent de parfaits sujets pour Anne, amie fidèle de Dame Nature… et seule Croqueuse à être allée se balader jusqu’en Finlande ! Fabienne se lança dans l’une de ses célèbres vues d’ensemble, tandis que Véronique croqua ces deux Croqueuses en plein labeur. Aurélie – qui justement travaillait alors au musée d’en face – vint nous chercher pour la visite d’une splendide exposition. Parfait, bien ressourcées, nous étions prêtes à repartir en voyage… dans le temps, cette fois-ci ! 

{ Infos Pratiques }

Le Café Maa de l’Institut Finlandais se situe 33, rue du Sommerard, Paris 5ème. Métro : Cluny La Sorbonne (ligne 10). Il est ouvert du mardi au samedi, de 10h à 18h – sauf en août. Rendez-vous en septembre !

Les Croqueuses font le Zouave !

Les Croqueuses font le Zouave !

Cet été, pour le plaisir, Les Croqueuses vous invitent à feuilleter quelques souvenirs non encore publiés. Aujourd’hui, partons à la rencontre d’une célébrité parisienne qui n’a pas peur de se mouiller !

Savez-vous que le fameux Zouave du pont de l’Alma, indicateur solitaire (et connecté !) du niveau des crues de la Seine, était à l’origine entouré de trois compagnons ? En effet, lors de sa construction en 1856, le pont comptait une statue par pile, représentant chacune un corps d’armées ayant participé à la guerre de Crimée : un Chasseur, un Artilleur, un Grenadier et un Zouave. Ainsi étaient-ils quatre… comme Les Croqueuses ! Mais que leur est-il donc arrivé ?

Au fil du temps, le pont se tassa dangereusement. Dans les années 1970, il fut détruit et remplacé par un ouvrage moderne. Or, ce dernier ne comportant plus qu’une pile unique, il fallut faire un choix. Notre Zouave, déjà populaire semble-t-il, eut la chance de rester en place tandis que ses trois compères se retrouvèrent « mutés » ailleurs. Le Chasseur est parti « dos au mur » de la redoute de Gravelles, dans le bois de Vincennes. Le Grenadier s’en est allé visiter Dijon, ville natale de Georges Diebolt, le sculpteur des quatre soldats. Quant à l’Artilleur, il est retourné faire ses classes à la Fère, dans l’Aisne, à l’ancien siège de l’École Royale d’Artillerie.

Les Croqueuses, elles non plus, ne vivent pas toutes dans la même région. Mais elles ont la chance de pouvoir se retrouver très régulièrement à Paris pour croquer – comme vous le savez, à tous les sens du terme – et faire le zouave, évidemment… Ça aussi, vous le savez ? D’accord ! Ici, Fabienne et Véronique, très appliquées, en janvier 2018. (Il faut dire qu’elles venaient de prendre des forces grâce à ce brunch raffiné.) Notez qu’une autre version de notre soldat préféré, réalisée à l’encre pour #inktober, est actuellement en vente dans notre boutique ETSY.

Un Café au Trocadéro

Un Café au Trocadéro

Cet été, pour le plaisir, Les Croqueuses vous invitent à feuilleter quelques souvenirs non encore publiés… Aujourd’hui, petit-déjeunons dans un beau café Art Déco, face au Trocadéro !

C’était tôt, très tôt, un matin de mars 2020. Il pleuvait dru sur les pavés luisants et nous avions passé du temps à chasser les effets de reflets avec nos caméra et appareil photo. La Cité de l’Architecture, où nous avions rendez-vous plus tard n’était pas encore ouverte, mais le Café du Trocadéro, lui, venait de déverrouiller ses portes : à nous, le réconfort d’une boisson chaude et de douceurs diverses !

Parmi celles-ci, ne croyez pas que nous comptons seulement les crêpes Suzette et les croissants ! Certes, nous sommes d’incorrigibles gourmandes… mais nos cœurs de Croqueuses se nourrissent tout autant d’un sourire ou d’un mot aimable ! Même chose pour nos yeux, qui se régalent d’un décor soigné ou d’une ambiance harmonieuse comme nos palais d’un thé subtile ou d’un café corsé. Or, au Café du Trocadéro, nous avons eu le bonheur de trouver tout cela à la fois. Que demander de plus ?

D’ailleurs, voyez comme ils ont réagi quand notre Croqueuse Véronique a publié sur Instagram son croquis fait sur place… Adorable repost : merci, on adore ! ♥

Les Croqueuses de Paris

{ Infos Pratiques }

Le Café du Trocadéro se situe 8, Place du Trocadéro et du 11 Novembre, Paris 16ème. Métro : Trocadéro (ligne 10). Il est ouvert tous les jours, de 7h à 2h.

Ateliers d’été à Paris

Pour ceux et celles qui n’ont pas la chance de partir en vacances, Paris propose un large programme d’animations et d’activités gratuites appelé « Un été particulier » : c’est à cette occasion que la Grande Mosquée a invité Les Croqueuses à vous offrir deux ateliers de dessin in situ !

Venez dessiner votre carte postale d’été « façon carnet de voyage » avec Aurélie et Véronique, au cœur des superbes jardins de la Mosquée : dépaysement garanti !

Les quatre ateliers (deux pour chaque Croqueuse) auront lieu les mardi 28 et mercredi 29 juillet de 10h à 12h. C’est gratuit et le matériel est fourni, mais attention, les places sont évidemment limitées ! Réservez vite par mail à : eteculturel@mosqueedeparis.net

♥ Nous sommes tellement ravies de vous retrouver ! ♥

Vive le « télé-croquis » ! (5)

Ce jeudi encore, Les Croqueuses de Paris se sont e-retrouvées dans les rues de Paris pour leur séance rituelle de télé-croquis…

Les Croqueuses de Paris en télé-croquis

Cette fois-ci, cap sur le 14ème arrondissement, la rue des Thermopyles et la Cité Bauer : un quartier bucolique où nous nous étions promenées en sortant des Grands Voisins. Fabienne, Anne, Aurélie, Véronique… chacune a croqué sa façade préférée. Il faut dire qu’elles sont toutes plus charmantes les unes que les autres !

Les Croqueuses de Paris

Le programme du « télé-croquis » de jeudi prochain est déjà choisi mais ce sera un rendez-vous un peu spécial, car il vous concerne tous ! Cela fait un petit moment que Les Croqueuses y réfléchissent : est-ce qu’une e-rencontre entre télé-Crocœurs sur Zoom vous plairait ?

@ suivre… 😉

Vive le « télé-croquis » ! (4)

Troisième semaine de confinement = troisième « télé-croquis du jeudi » ! Cette fois, nous nous sommes e-retrouvées à la Cité de l’Architecture…

Les Croqueuses de Paris croquent à distance !

En effet, Aurélie et Véronique avaient eu la chance de visiter la Cité en excellente compagnie, peu avant le confinement. (Merci Sandra !) Un article vous en dira plus d’ici quelque temps… 😉

Comme d’habitude, chacune a choisi son point de vue. Le coq de Notre-Dame, en partie fondu et tout cabossé, réfugié à la Cité depuis son sauvetage des flammes a remporté un gros succès : Aurélie et Fabienne l’ont élu sujet du jour ! Anne s’est employée à dompter l’ours du Duc de Berry et Véronique à saisir le « choc des époques » avec cette perspective étonnante où, au détour d’une salle, se rencontrent l’Art roman et la Tour Eiffel.

La Cité de l'Architecture

Le programme du télé-croquis de jeudi prochain ? Suspense !

@ suivre 😉

Vive le « télé-croquis » ! (3)

COVID-19 vs Croqueuses ? Pour l’instant, le moral reste bon ! Nous en sommes à notre troisième séance de dessin à distance et tout va bien. Après la venue du printemps, c’est la nostalgie des cafés en terrasse et autres douceurs gustatives, qui nous ont inspirées…

Télé-croquis chez Les Croqueuses de Paris

Un jour, quand le confinement sera fini, vous pourrez aller goûter toutes ces bonnes choses au Moulin de la Vierge (pour les cafés gourmands de Fabienne), au Café A (pour le poke bowl au saumon d’Anne) et chez Nossa (pour le pasteis de nata d’Aurélie).

Véronique s’est amusée, quant à elle, à croquer deux cafés dégustés dans deux endroits différents. Ce sont des adresses où nous avons pris plaisir à nous arrêter, mais sur lesquelles nous n’avons pas publié d’article. Voilà donc l’occasion d’en parler : Kitsuné (au Palais-Royal) et La Palette (à Saint-Germain-des-Prés) – deux lieux aux ambiances différentes, presque opposées, chacun pourtant bien ancré dans son environnement parisien…

Télé-Croquis des Croqueuses de Paris

Le programme du télé-croquis de jeudi prochain ? Disons que le « sourire du lundi » d’aujourd’hui sur Facebook est un très bon indice !

@ suivre 😉

Le plus vieux café de Paris

Le plus vieux café de Paris

Aujourd’hui, Les Croqueuses vous emmènent déguster un petit cappuccino dans un endroit mythique*: Le Procope, plus ancien café de la capitale !.!

« Le café est très en usage à Paris : il y a un grand nombre de maisons publiques où on le distribue. Dans quelques-unes de ces maisons on dit des nouvelles, dans d’autres on joue aux échecs. Il y en a une où l’on apprête le café de telle manière qu’il donne de l’esprit à ceux qui en prennent : au moins, de tous ceux qui en sortent, il n’y a personne qui ne croie qu’il en a quatre fois plus que lorsqu’il y est entré. »

Extrait des Lettres Persanes, Montesquieu.

En réalité, l’établissement d’origine, fondé en 1686 par Francesco Procopio dei Coltelli, un immigré sicilien considéré comme le père de la crème glacée – béni soit cet homme*! – a fermé en 1890 et seulement rouvert en 1957, sous le même nom mais en devenant restaurant. Il faut dire qu’entre temps, l’endroit avait été occupé par diverses affaires, notamment un Bouillon Chartier. Depuis, Le Procope est passé aux mains des Frères Blanc, propriétaires de nombreuses brasseries parisiennes, eux-mêmes rachetés ensuite par le Groupe BertrandAngelina, Au Bureau, Bert’s, Café Leffe, Burger King France, etc. Bienvenue au XXIème siècle…

Mais qu’importe. Une fois poussées les portes du Procope, la magie opère et l’on se prend à remonter le temps. Le mieux est d’entrer côté «*cour du Commerce Saint-André*» – joli passage pavé chargé d’histoire, où la façade est plus modeste. Plaques souvenirs, portraits de philosophes, table de Voltaire, citations, cloche de Marat, bicorne de Bonaparte… dedans comme dehors, les murs témoignent de l’intense bouillonnement intellectuel, à la fois culturel et politique, du vieux café.

Situé face à l’ancienne Comédie Française, ce fut d’abord un lieu d’artistes et d’auteurs de théâtre. Puis vinrent les philosophes des Lumières. Diderot, dit-on, y rédigea quelques uns des articles de l’Encyclopédie et Benjamin Franklin, une partie de la future Constitution des États-Unis. Les hommes de la Révolution en firent ensuite leur QG – Danton, Desmoulins, Marat, Robespierre… – mais le temps passe encore et bientôt ce sont les grands auteurs du XIXème siècle qui s’y retrouvent. George Sand et Alfred de Musset, Balzac, Victor Hugo, Théophile Gautier, Anatole France, Verlaine, Oscar Wilde… quelle clientèle intimidante !

Mais, en ce milieu d’après-midi, le Procope est désert. On dessert les dernières tables du déjeuner en attendant de dresser le couvert du soir… Les Croqueuses de Paris se glissent sur les banquettes rouges et se réchauffent au cappuccino. Nous avons dessiné, fort concentrées toute la matinée, à la Grande Mosquée : alors, maintenant, on lâche les carnets, on laisse les crayons. Place aux rires et aux bavardages ! Comme vous le verrez ci-dessous, Voltaire, qui nous écoute discrètement, n’en sera pas défrisé pour autant ! Plus tard, lors d’une séance de « télé-croquis » improvisée faute de trains pendant les grèves, Anne peindra la jolie devanture de ce « monument » que l’on peut visiter assis en dégustant une madeleine – référence littéraire oblige ! 😉

 

{ Infos Pratiques }

Le Procope se situe au n°13 rue de l’Ancienne Comédie, Paris 6ème. Métro Odéon. Il est ouvert tous les jours de midi à minuit – jusqu’à 1h00 les jeudi, vendredi et samedi soirs. Renseignements au 01 40 46 79 00.