Close
À Paris, tous les moulins ne sont pas rouges !

À Paris, tous les moulins ne sont pas rouges !

En ce matin d’été pluvieux, Les Croqueuses de Paris se sont donné rendez-vous au Moulin. Pas le rouge « m’as-tu-vu » qui clignote à Pigalle. Non, le bien sage « propre sur lui » qui vend du pain place des Petits Pères, face à la basilique Notre-Dame-des-Victoires, dans le 2ème arrondissement : le Moulin de la Vierge !

Après le premier café pour se réveiller, chacune ira croquer où bon lui semblera. Véronique et Fabienne, installées en terrasse, y resteront pour dessiner la rue d’à côté sans se fatiguer. Anne, peu convaincue par l’accueil sévère de la « boulangère », prendra du recul sur la place pour s’attaquer à la façade. Tandis qu’Aurélie, gagnant la confiance et le sourire de celle-ci, pourra profiter à loisir de l’intérieur – splendide et classé, paraît-il – de la boutique.

Rester plusieurs heures assis quelque part à Paris, c’est avoir toujours du spectacle. Ce matin-là, les vedettes du générique furent :

~ dans l'ordre d'apparition ~

la religieuse (pas le gâteau) et son sac vert

les pêcheurs de baleine et leur grande bâche bleue

les promeneurs de chiens et tous les toutous du quartier

Mais, la star de la matinée fut sans conteste notre Aurélie, interviewée par Pia Clemens pour ses Femmes de Paname diffusées sur France Bleu Paris, sous le regard curieux de la clientèle !

Enfin, pour ce qui est de la qualité des gâteaux (et pas seulement les religieuses) vendues par le Moulin, Les Croqueuses s’en remettent au Tribunal… 😉

Rendez-vous… au Rendez-Vous !

Rendez-vous… au Rendez-Vous !

Chers visiteurs, @mis et @bonnés, sortez vos agendas !

Nous vous l’avions annoncé ici : les 17, 18 et 19 novembre prochains, Les Croqueuses de Paris exposeront au Rendez-Vous – ZE grand festival international du carnet de voyage !

Si nous avons un peu moins publié d’articles et de vidéos ces temps-ci, c’est pour mieux préparer ce temps fort avec le public. Nous y travaillons beaucoup ! Sur la conception du stand, sur celle d’une carte interactive, sur la création de cartes postales – que vous trouverez à la boutique du festival – et sur la préparation de rencontres (Anne et Véronique) et atelier (Aurélie) ouverts aux enfants. Bref, nous ne vous oublions pas !

Et nous continuons de croquer Paris ensemble, bien sûr… @ suivre 🙂

Ils ont croqué avec nous !

Ils ont croqué avec nous !

Cet été, Les Croqueuses avaient envie de compagnie pour dessiner Paris. Sur notre page Facebook, nous avons donné rendez-vous, mardi 8 août, à qui voudrait partager un moment convivial avec nous.

Au départ, il était prévu de se retrouver au musée du Quai Branly. En effet, le toit y est accessible tout l’été : l’occasion rêvée de croquer une vue panoramique sur la Seine ! Hélas, le temps orageux nous a obligées à changer nos plans, la veille, à 22h ! Nous avons finalement opté pour un rendez-vous au Palais-Royal, sous les colonnes du Grand Véfour.

Ce fut une expérience très sympathique : neuf croqueurs sont venus à notre rencontre ! Des Urban Sketchers passionnés, mais d’autres aussi qui n’avaient pas dessiné depuis bien longtemps. Les uns parisiens, les autres franciliens, d’autres encore venant de plus loin – Angers ou Rouen – exprès pour nous ! (Bon, et peut-être un peu pour Paris ?) Mais tous ont en commun d’apprécier les belles choses… et les gens de bonne compagnie ! 😉

Comme nous le faisons d’habitude, nous avons commencé par arpenter les galeries, en quête du meilleur point de vue. Peu à peu, chacun a trouvé le sien et s’est posé pour le croquer. Tout y est passé : jardin, vitrines, mobilier, mosaïques, façades, arcades, lampes, grilles, pigeons, passants, colonnes de Buren et fontaines de Bury !

Bien sûr, une rencontre entre Croqueurs ne peut se terminer ailleurs qu’autour d’une table… et même plusieurs ! Celles du Bistrot d’Edmond – une très chouette adresse du 2ème arrondissement, dénichée par hasard parce que la brasserie visée n’était pas ouverte au mois d’août – furent parfaites pour accueillir nos bavardages et récompenser nos efforts artistiques par quelque réconfort du genre liquide et désaltérant. La plus jeune d’entre nous (Corisha, 11 ans) se régala même d’un bon cheese cake au caramel : autant dire qu’elle a déjà tout d’une vraie Croqueuse de Paris ! 😉

Un très grand merci à vous tous – Nathalie, Françoise, Patricia, Isabelle, Corisha, Jeanne, Vanessa, Luigi et El Tinois – pour votre bonne humeur, votre talent… et vos photographies ! Très heureuses de l’ambiance, et des liens tissés au fil de ce rendez-vous, nous comptons bien récidiver dès que possible !

Et vous ? Viendrez-vous, cette fois-ci ?

Il fait trop chou pour dessiner !

Il fait trop chou pour dessiner !

21 juin, premier jour de l’été. Les Croqueuses vont braver la canicule. Mercure et température atteindront, paraît-il, des sommets cet après-midi. Qu’importe. C’est aujourd’hui, que nous avons rendez-vous chez Odette. Aujourd’hui, que vous en aurez le cœur net : savons-nous croquer les choux ? (À la crème, à la crème… ♫♪)

Mais, chaque chose en son temps. Nous profitons d’abord du soleil du matin, encore très supportable, pour dessiner dehors. La façade est si jolie ! Celle de la voisine aussi. Pour une fois, nous croquons de concert : même sujet, même angle. Ce sera drôle, une fois terminés, d’aligner nos dessins côte à côte – comme des petits choux dans une boîte Odette !

Devant nous, le défilé des touristes commence. En groupe, en couple, à pied, en vélo ou… en train (si si) ! Bientôt, une équipe de tournage arrive. Nous comprenons qu’il s’agit de deux musiciens de jazz – des Américains en goguette dans les rues de Paris. Le décor est parfait, rétro à souhait. Pourtant l’ambiance semble tendue. La photographe qui les suit s’assoit près de nous et se confie : les deux vedettes ont la grosse tête. Aussi, la journée en leur compagnie promet d’être bien longue…

Pour nous, au contraire, elle sera sans doute trop courte. D’ailleurs, nous leur cédons déjà le pavé. C’est l’heure d’entrer chez Odette, d’aller croquer des choux de toutes les couleurs et de prendre un peu de hauteur en montant au premier !

L’histoire est belle. Frédéric Berthy, le fondateur de la boutique, se lance à 38 ans, après des années de bons et loyaux services pour des géants du Net. Marre de l’informatique ! Il consulte de grands chefs pâtissiers, met au point ses propres recettes et ouvre, en janvier 2013, cet écrin rue Galande, entièrement dédié aux choux à la crème. Mais au fait, pourquoi des choux ? (Et pourquoi « Odette » ?) Parce que c’était le prénom de sa grand-mère, pâtissière hors-pair ! Et que celle-ci faisait des choux divins, chaque mercredi pour le goûter de Frédéric et ses cousins. On croque donc, ici, un petit bout d’enfance, au goût insouciant et sucré, bonifié sans doute aujourd’hui par une douce nostalgie…

Olivia nous accueille gentiment – comme en avril dernier, alors que nous ne venions ni filmer, ni dessiner. Juste goûter. Souffler entre copines après une longue journée. C’est un plaisir de la revoir et de tourner quelques images d’elle au travail. Puis Fanny nous rejoint : vous la verrez tamponner nos carnets à la toute fin de la séance, qu’elle estampille d’un beau sourire en prime ! Nous, entre temps, nous aurons dégusté la palette d’Odette – d’abord avec les pupilles, ensuite avec les papilles.

Notre avis de Croqueuses ? Chacune a sa préférence, parmi les deux gammes de couleurs et de saveurs. Véronique reste classique : son chouchou porte un élégant chapeau blanc, orné d’une perle argentée. Son délicat goût de vanille est « à tomber » dit-elle (dans les choux, bien sûr) ! Anne adore le citron, jaune vif et rafraîchissant. Fabienne aussi ! Mais elle craque en plus pour le chou violet, celui aux fruits des bois, bien acidulé. Aurélie préfère le caramel, gourmand, fondant et coiffé d’une étoile…

Et vous ? Lequel choisirez-vous ? Pour sa couleur ou sa saveur ? Vous nous direz ? Allez, soyez choux ! 😉

Paris, pastel et peupliers

Paris, pastel et peupliers

Après une matinée passée à L’OisiveThé, Les Croqueuses repartent en vadrouille dans les rues de la Butte aux Cailles…

Paris est une ville pleine de surprises. Vous marchez dans une rue que vous croyez connaître. Passante, bruyante et polluée. Soudain – allez savoir pourquoi – vous tournez la tête et découvrez, stupéfait, un recoin de quartier désert, silencieux et parfumé : le Square des Peupliers. Il est là depuis toujours, pourtant. Comme caché dans un pli du plan que vous n’auriez jamais pris la peine de déplier vraiment. Un lieu profondément contradictoire, puisque ce n’est pas un jardin – mais une rue en forme de triangle – et qu’il y pousse surtout des rosiers !

Là, vous vous dites « J’en ai eu de la chance, de tomber sur ce Paradis, comme ça, au hasard des rues de Paris ! » Et quelques pas plus loin, vous voilà de nouveau séduit. Sous le charme pastel de la rue Dieulafoy, prêt à emménager dans l’heure si par bonheur on vous le proposait. (soupir) Allez… rêver ne coûte rien ! S’asseoir sur le trottoir, dessiner à l’ombre des roses, pas grand chose non plus. 😉

Si vous suivez nos aventures de Croqueuses depuis le début, cette petite promenade vous en aura sans doute rappelé deux autres : l’une dans le 20ème, l’autre dans le 12ème… Sinon ? Découvrez-les vite !

Paris à pas de Géant

Paris à pas de Géant

Ce matin-là, place du Châtelet, à la terrasse du Zimmer, ce fut Noël avant l’heure. Les Croqueuses venaient en effet de recevoir un superbe lot de matériel à tester, envoyé par Le Géant des Beaux-Arts. Tests que nous avons faits avec plaisir et intérêt lors de notre rendez-vous de mai, à L’OisiveThé.

Suite à ces essais in situ, nous avons écrit quatre articles pour l’Atelier Géant, le magazine en ligne de l’enseigne. Anne, Fabienne et Véronique ont relaté chacune leur expérience et Aurélie réalisé une démonstration « pas à pas » en atelier. Nous espérons que ces retours vous aideront, vous aussi, à choisir les meilleurs outils !

Mais au-delà de cet échange, nous avions envie d’en savoir un peu plus au sujet du Géant à Paris. Nous avons donc posé quelques questions à Candice et Arnaud, les responsables du magasin parisien situé dans le 13ème arrondissement. Interview !

Où sont situés les magasins Géant à Paris, et pourquoi ?

Comme l’indique notre catalogue, nous avons un magasin Rive Droite (Paris 11ème) et un autre Rive gauche (Paris 13ème). Les deux se trouvent à proximité de plusieurs écoles d’art et d’architecture. Le nôtre est à quelques rues de la « Butte aux Cailles », quartier historique dont plusieurs logements ont été transformés en ateliers d’artistes et qui fait le bonheur des amateurs de Street Art.

La clientèle parisienne en général… quelle est-elle ?

Notre clientèle est très large. Nous touchons tous ceux qui utilisent du matériel beaux-arts : les étudiants, les artistes professionnels et amateurs, les associations artistiques, les ateliers, les administrations muséales et hospitalières, les écoles primaires, les collèges et lycées…

Chacun de ces deux magasins a-t-il une spécificité propre ? Des produits exclusifs ou davantage mis en avant ?

Nos 14 magasins suivent les mêmes opérations commerciales : nous proposons des promotions tout au long de l’année. En revanche, l’organisation de la mise en valeur des produits se fait en fonction de la superficie du magasin.

Aujourd’hui, nous proposons aux clients de se faire livrer gratuitement leur commande chez nous. Lors de votre passage en magasin, vous cherchez un produit en particulier ? Un conseiller de vente se chargera de le commander et vous le recevrez ici. Vous pouvez également récupérer une commande passée sur notre site.

D’une manière plus générale, quels rapports entretient le Géant avec Paris ?

Le Géant des Beaux-Arts, originaire de l’Est, s’étend partout en France. L’enseigne a décidé, il y a quelques années déjà, de venir s’installer à Paris pour aller à la rencontre des artistes de la capitale. Proches de nos clients, nous sommes également partenaires avec un certain nombre d’écoles d’arts, d’associations parisiennes et de manifestations artistiques… à suivre sur notre magazine en ligne !

Merci Candice, merci Arnaud. Une chose est sûre, Les Croqueuses n’ont pas fini d’explorer le 13ème. Entre parcours Street Art et « quartier chinois », cet arrondissement ne manque pas d’arguments. 🙂

Et pour trouver les magasins Géant…

Et pour trouver les magasins Géant…