Close
Paris est un grand Cimetière

Paris est un grand Cimetière

Inutile de vous présenter le Père-Lachaise, cimetière le plus célèbre de la capitale, n’est-ce pas ? Un jour de grosse chaleur comme aujourd’hui, c’est l’endroit idéal pour croquer à l’ombre ! Il faut dire qu’avec ses 5000 arbres (environ 50 espèces différentes) et ses 44 hectares, c’est aussi le plus grand espace vert de Paris. S’y perdre est un vrai bonheur.

Nous ne choisirons pas de dessiner les tombes des grands noms de notre littérature – La Fontaine, Molière, Balzac, Musset, Proust, Apollinaire, Colette ou Paul Éluard – pas plus que celles des stars de la chanson ou du cinéma – Georges Méliès, Édith Piaf, Gabin, Truffaut, Montand, Signoret, Moustaki, Bashung – ni même de talentueux playboys étrangers – Oscar Wilde et Jim Morrison. Non, juste une ou deux jolies perspectives, découvertes au hasard de la promenade.

Pourtant, il faudrait revenir. Car en hommage aux très nombreux peintres et dessinateurs enterrés ici – David, Ingres, Daumier, Delacroix, Géricault, Corot, Pissarro, Caillebotte, Seurat, Signac, Modigliani, Ernst, Laurencin… – nous pourrions aller croquer sur leurs tombes. (Sans oublier, bien sûr, celles de quelques grands noms de la gastronomie française – Carème, Brillat-Savarin ou Parmentier !)

À noter : au Père-Lachaise, il y a aussi des artistes vivants. 🙂

Paris, c’est un Labyrinthe !

Paris, c’est un Labyrinthe !

Dans la partie la plus à l’Ouest du Jardin des Plantes, sur la butte Coypeau bordant la rue Geoffroy-Saint-Hilaire, se cache un modeste labyrinthe – aucun risque de se perdre ! – en forme d’escargot. En son centre, c’est-à-dire au sommet de cette petite colline, se dresse la Gloriette de Buffon, conçue en 1786 par l’architecte Edmé Verniquet, plus d’un siècle avant la Tour Eiffel. C’est, semble-t-il, le plus ancien édifice métallique de France.

Mais, si le Belvédère Verniquet domine un peu la végétation qui l’entoure, on est loin d’y trouver une vue panoramique sur Paris. Son charme est pourtant bien réel. Parce que les enfants s’y faufilent par des tunnels de buis interdits aux adultes. Parce que les immeubles d’en face y émergent à peine d’un nuage de verdure. Parce que les couples de touristes s’y reposent un peu, après la visite du jardin. Et qu’on y entend toutes les langues, même celle des oiseaux.

Nous, Les Croqueuses, faisons parler nos crayons…

Paris, c’est la Jungle !

Paris, c’est la Jungle !

Après avoir croqué les cactées en pleine lumière, c’est avec plaisir que nous trouvons refuge dans la grotte du « Jardin d’Hiver » ! Celle-ci nous offre un abri bienvenu à l’ombre, en même temps qu’une vue imprenable sur la plus belle forêt tropicale de la capitale…

À Paris, il y a des Cactus… ♫

À Paris, il y a des Cactus… ♫

Oui, comme dans la chanson de Dutronc ! Et nous, Les Croqueuses, nous nous piquons de le savoir… et d’aller voir où ils se cachent pour les dessiner ensemble : rendez-vous devant les Grandes Serres du Jardin des Plantes.

Dès l’entrée, l’ambiance tropicale nous enveloppe de sa douceur humide et verte. Ficus, palmiers, bananiers… Nous traversons ce généreux « Jardin d’Hiver » pour gagner la galerie des « déserts et milieux arides », plus sèche et plus lumineuse. Exposée plein Sud et vitrée sur toute sa longueur, mieux vaut s’y rendre tôt dans la matinée !

De splendides cactus originaires d’Amérique, tous plus graphiques les uns que les autres, nous attendent au soleil, brûlant sans doute de poser pour nous…